Biofertilisation, biofertilisants avec rizobacteires PGPR, biofabriques dúree

L'utilisation de microorganismes rhizosphériques pour la fertilisation des plantes devient l'outil idéal pour l'agriculteur qui désire des pratiques plus durables. Les biofertilisants à base de champignons et de bactéries agissent au niveau du sol en se comportant comme des usines de nutriments miniatures. Ils fixent l'azote atmosphérique (comme le fait Rizobium dans les légumineuses), solubilisent le phosphore, mobilisent le potassium et d'autres microéléments (fer, manganèse, zinc, etc.). De même, des études scientifiques prouvent que l'utilisation de bactéries est bénéfique pour les sols et les cultures.

 

RHIZOBACTERIES: Les rhizobactéries PGPR de la technologie FullSoil® colonisent la racine et sa zone d'influence (sol rhizosphérique). Les rhizobactéries bénéfiques, communément connues sous l'acronyme PGPR (Plant Growth Promoting Rhizobacteria), remplissent des fonctions clés pour la plante telles que:

Technologie FullSoil Technologie FullSoil
Biofertilisation almonds Biofertilisation almonds

  Avantages de l'agronomie de la biofertilisation avec microorganismes:

 

Les mécanismes d'action des PGPR peuvent être classés en tant que Directs et Indirects.

 

1) MÉCANISMES DIRECTS: Les bactéries fournissent certains composés à la plante ou facilitent l'assimilation des nutriments solubles du sol.

  • Fixation de l'azote
  • Solubilisation des phosphates.
  • Production de régulateurs de croissance végétale tels que les auxines, les gibbérellines et les cytokinines.
  • Inhibition de la synthèse de l'éthylène. Augmentation de la perméabilité des racines.
  •  

2) MECANISMES INDIRECTS: Les bactéries produisent également des substances capables de mobiliser des acides aminés, des sidérophores ou des acides organiques qui libèrent du phosphore, du fer et / ou de l'aluminium.

  • Ils influencent la production de phytoalexines (composés utilisés par la plante comme défense) comme réponse induite par les polysaccharides produits par les bactéries autour des racines.
  • Production d'antibiotiques et de cyanures d'hydrogène qui produisent une diminution de la population de phytopathogènes.
  • Hydrolyse de molécules produites par des agents pathogènes tels que l'acide fusarique pour libérer la 1-3-glucanase inhibant le développement de la paroi fongique de champignons tels que le Phytium ultimun et le Rhizoctonia solani.

Voir les p`roduits pour biofertiliser                                                                                                                                                           Back


Llamar